Interview Une Île Norvégienne par mauvais temps

J’ai découvert Jean Baptiste, à travers son blog MaProchaineDestination.fr dans lequel il partage des conseils sur la préparation d’un voyage ou d’un trek. Il nous livre ici le récit d’une de ses randonnées non pas dans les Pyrénées mais en… Norvège et nous donne son ressenti sur le type de matériel à utiliser en fonction des conditions.

Salut Jb, quel type de randonneur es-tu ?

Salut Alex, alors je ne suis pas un randonneur chevronné mais plutôt un aventurier occasionnel. Je suis un voyageur solitaire, non pas que je n’aime pas la compagnie, bien au contraire, mais je rencontre beaucoup plus de gens lorsque je voyage seul, aller vers les autres est plus simple. J’aime me retrouver dans des coins de nature, loin de tout, et souvent la montagne est un de mes passages préféré lors de mes voyages.
Je voyage, pas assez selon moi, mais j’imagine que pour les adeptes des voyages ce n’est jamais assez. Mes premières belles randonnées en montagne furent lors de mon voyage à la Réunion, où l’on trouve beaucoup de sentiers assez accessibles mais pas toujours très simples. Ensuite je me suis essayé à l’Écosse ou j’ai échoué à monter sur le Ben Nevis pour cause de très mauvais temps. La Norvège et ses Fjords offrent aussi beaucoup de possibilités et plus récemment j’ai parcouru la chaîne de montagnes du Drakensberg en Afrique du Sud où j’ai monté mon premier sommet à plus de 3000 mètres.

As-tu une expérience, un souvenir particulier de randonnée que tu voudrais nous partager ?

J’aimerais vous parler de ma randonnée sur un tout petit mont d’une une île isolée de Norvège, le mont Godøya, au Nord d’Alesund, au centre du pays. A première vue ce n’était pas un gros challenge, il culmine à seulement 497 mètres d’altitude au dessus de la mer. Bien sûr l’itinéraire commence sur la plage, mais malgré ce petit dénivelé, cette randonnée fut éprouvante à cause du temps que j’ai réellement subi.

Ce jour-là je n’ai pas eu beaucoup de chance avec le temps, certains diront que la Norvège en Avril n’est de toute manière pas une bonne idée pour des vacances, mais j’avais eu jusque là un temps plutôt clément, avec effectivement des chutes de neige de temps en temps mais qui ne duraient jamais plus d’une heure. Bref, parti d’Alesund, le soleil levant sous un ciel couvert, je suis arrivé dans un brouillard épais au pied du mont Godøya. Étant sur une île je me suis mis en chemin persuadé que le temps allait s’arranger rapidement. J’avais tort ! au bout d’une heure le brouillard était tellement épais que je ne voyais pas à plus de 3 mètres devant moi. Le chemin avait beau être balisé, à trois reprises j’ai du revenir sur mes pas ne trouvant plus la voie tracée dans les bruyères inondées de rosée. Ajouté à cela, il a commencé à pleuvoir au bout de deux heures de marche à -5C°. Ma veste pourtant déperlante n’arrivait plus à évacuer toute l’eau et commençait à s’imbiber.

“Remontant les falaises, des vents puissants poussaient la pluie de bas en haut, impossible de garder la tête au sec…”

mon bonnet était trempé. Même mes gants commençaient à prendre l’eau qui ruisselait depuis mes manches. Mon seul réconfort était d’avoir amené une couverture imperméable pour mon sac à doc contenant mon matériel photo. Ce n’est finalement qu’au bout d’un peu plus 3h que j’ai enfin pu apprécier la spécificité du paysage que promettait cette randonnée. Les éclaircies apparaissaient petit à petit. Imaginez, au plein milieu de la montagne se trouve un immense lac, perché au dessus de la mer. Ce lac je l’ai contourné pendant 3 heures, à quelques mètres seulement, mais je n’avais pu le voir à cause du brouillard. Mon champ de vision s’ouvrait au fur et à mesure que les nuages s’éloignaient, j’avais une vue 360° sur l’île avec au premier plan ce lac impressionnant.

Après réflexion, c’était une belle expérience et le temps pourri n’a eu qu’un effet positif m’offrant un effet de surprise en fin parcours, par contre je n’étais clairement pas bien équipé pour ce type de temps.

Quelle conclusion tires-tu de cette expérience ?

Cette randonnée était plutôt « facile », accessible à toutes personnes avec une bonne condition physique, le tracé est simplissime, un chemin visible très facilement du moment que l’on a un peu de visibilité. Cependant j’y suis allé un peu comme un touriste, la fleur au fusil. Mais je n’avais pas envisagé un temps pareil. La montagne peut être dangereuse, on le répète souvent. Même à 497 mètres d’altitude, une chute ou une glissade sur un terrain humide peut rapidement arriver. Si vous partez seul comme je le fais, l’équipement doit être de premier choix et parer à un temps qui change est indispensable.

Disposais-tu de suffisamment d’informations avant de partir ?

Je pense que le tracé et les informations que j’ai pu trouver dans des guides touristiques ainsi que dans le centre d’information touristique de la ville d’Alesund étaient suffisantes et pertinentes. Clairement j’aime bien me retrouver dans des situations un peu uniques, qui peuvent me font me dépasser. C’est pour cela que j’ai décidé de commencer la randonnée même avec le temps qu’il faisait. Probablement que la plupart des gens auraient attendu que le temps change ou auraient fait demi-tour. Ce n’est pourtant pas « fou » ce que j’ai fait, je n’était simplement pas assez bien équipé. Ce que je fais dorénavant c’est de vérifier quelles peuvent être les pires conditions météorologiques pour un pays, une région donnée et à une période de l’année spécifique. Nous pouvons facilement trouver ces informations sur le net. Partant de là, l’équipement nécessaire assez simple à trouver.

Quel est ton équipement de randonnée idéal ?

Pour ce type de randonnée, soit moins de 10h, mais avec une météo digne d’un climat subarctique j’emmène maintenant ces produits qui sont mes essentiels :

 

Réellement imperméable, elle vous tiendra également assez chaud

 

Réellement indispensable lorsqu’il y a beaucoup de vent et que votre capuche n’est pas suffisante.

Afin d’éviter des désagréments d’humidité surtout lorsque vous portez des chaussures de randonnée basse. Facile à plier et à ranger dans votre sac

Au cas ou, c’est toujours pratique et ça ne prend pas beaucoup de place.

 

Dis nous où peut-on suivre tes voyages ?

Je tiens un blog pour des voyageurs et aventuriers occasionnels. Nous partageons des bribes de voyages et parlons des équipements qui nous manquaient ou bien que nous recommandons pour nos voyages. Vous pouvez le retrouver à cette adresse : www.maprochainedestination.fr

Je suis également présent sur Instagram où je partage des photos de mes aventures : ma_prochaine_destination

Et sur Facebook : maprochainedestination

 

Merci pour ces conseils, quelle sera ta prochaine destination ?

Merci à toi pour cette invitation, !

 J’ai toujours été intéressé par les pays d’Asie. Je pense que ma prochaine destination sera l’Indonésie, mais je n’ai encore aucune idée précise de mon itinéraire. Je sais qu’il y a beaucoup de volcans qui ne demandent qu’à être grimpés !

 

Avez-vous des recommandations à me faire sur ce voyage ?

1 commentaire sur “Interview Une Île Norvégienne par mauvais tempsAjoutez le votre →

Laisser un commentaire