Isards

Isards, Marmottes… comment les observer dans les Pyrénées ?


Les isards et les marmottes font partie des emblèmes mythiques des Pyrénées alors faire une randonnée sans les apercevoir est plutôt frustrant. Mais s’ils sont très photogéniques, encore faut-il réussir à les voir lors d’une randonnée !


Voyons voir ici les règles de base pour observer ces deux espèces.

TEST : Guide pratique de la faune et la flore des Pyrénées

Pour les voir, il faut les connaître

C’est la règle n°1.

Ça ne sert à rien de chercher partout des marmottes si l’endroit dans lequel vous vous trouvez n’est pas l’habitat naturel de l’animal. Les habitats sont les lieux bien spécifiques avec des caractéristiques propres à chaque espèce dans lesquels les individus peuvent vivre normalement et s’épanouir. Ils doivent donc offrir les ressources suffisantes pour permettre à une population de vivre et se reproduire. Si vous regardez autour de vous, vous pouvez facilement faire la distinction entre différents types d’habitats naturels : forêt, pelouse (de montagne pas du jardin 😉 ), éboulis, torrent, falaise etc.

Alors voyons voir qui sont-ils et où vivent-ils ?

 

Marmottes

 

L’isard n’est pas un chamois !

Isards Pyrénées

Ne demandez pas aux locaux où vous pouvez voir des chamois dans les Pyrénées, il vous répondront qu’il n’y en a pas et ils ont raison. Le chamois et l’isard sont deux espèces qui se ressemblent beaucoup (elles font partie du même genre Rupicapra ou chèvre des rochers) mais elles sont bien génétiquement différentes on parle d’ailleurs de Rupicapra rupicapra et Rupicapra pyrenaïca ;).

Maintenant que la science a parlé, qui sont-ils vraiment ? L’isard est un animal de montagne pesant de 20 à 35kg pour une hauteur d’environ 70cm. Il se reconnait facilement avec ses “écharpes” noires et blanches en hiver, une coloration plutôt rousse / beige l’été et des petites cornes en forme de crochets. L’isard vit généralement en hardes (groupes) qui peuvent atteindre plusieurs dizaines d’individus tandis que les mâles adultes sont plutôt solitaires. Animal herbivore, il se nourrit de plantes, bourgeons et de feuilles et vit essentiellement au dessus de la limite des arbres dans des zones d’éboulis et de pelouses. L’hiver, il sera plus difficile à observer car il reste en forêt.

Le meilleur moment pour les apercevoir est pendant la période du rut en octobre / novembre ou à la fin du printemps lorsque les jeunes s’émancipent et profitent de la fonte des neiges. L’été, les isards se réfugient à l’ombre dès que la température monte, vous aurez donc plus de chance d’en voir le matin ou le soir.

Menacé d’extinction dans les années 50, les mesures de protection ont permis à l’espèce de recoloniser l’ensemble des Pyrénées avec aujourd’hui plus de 4000 individus rien que dans le Parc National.

Depuis 2014, il est également possible d’observer des Bouquetins dans les Pyrénées. Ces animaux peu farouches se distinguent facilement des isards par un gabarit plus important (70-90 kg pour les mâles !) et des cornes légendaires. Il vit essentiellement dans les parois escarpées voir verticales !

“Ne demandez pas aux locaux où vous pouvez voir des chamois dans les Pyrénées, il vous répondront qu’il n’y en a pas et ils ont raison !”


La marmotte, une réfugiée dans les Pyrénées

Je m’excuse par avance si je casse le mythe mais la marmotte n’est pas originaire des Pyrénées ! En effet si elle y était présente il y a 15000 ans environ, elle a été réintroduite dès 1948 dans les Hautes Pyrénées. Parfaitement adaptée au milieu, les lâchers successifs effectués ensuite ont permis son expansion dans l’ensemble du massif.

La marmotte est un animal d’environ 50 cm pour un poids de 4 à 8kg. D’octobre à mars, il est inutile de la chercher car elle hiberne tranquillement au fond de son terrier. Elle se nourri principalement de feuilles, racines, tiges mais il lui arrive également de se délecter de quelques vers et autres sauterelles lorsque l’occasion se présente.

On la trouve à des altitudes allant de 800 à 2600 mètres sur des versants plutôt ensoleillés et dégagés où se situent des éboulis et des pentes herbeuses. Elle y creuse des terriers (souvent sous un rocher) pouvant atteindre 10 mètres de long jusqu’à 3 mètres de profondeur !

Marmotte
Ola qué tal ?

Marmottes dans la neige
Au printemps c’est le réveil !


Prendre le temps d’observer

silouhette isard crête
Silhouette typique d’un grimpeur hors norme

L’observation n’est pas un vain mot lorsqu’on veut apercevoir des animaux sauvages. Même si ces espèces sont assez communes dans les Pyrénées, il vous faudra être attentif et patient pour pouvoir les observer.
Lorsque vous marchez, prenez le temps de vous arrêter régulièrement pour scruter les environs. Sachez que s’il n’est pas rare d’apercevoir une marmotte à seulement quelques mètres, les isards sont beaucoup plus craintifs et demeureront à bonne distance du randonneur.
Évidemment, une bonne paire de jumelles n’est pas superflue pour les observer plus facilement.


Les astuces d’Alex

  • Voir des marmottes

Les marmottes creusent des terriers sur des terrains parsemés de cailloux. Ces terriers sont facilement reconnaissables par l’accumulation de déblais de terre à l’entrée. Une fois que vous avez repéré l’entrée de la maison, il suffit d’être attentif et de regarder autour. A moins qu’elles soient pleinement à découvert, il sera difficile de les apercevoir quand elles ne bougent pas mieux vaut donc attendre quelques minutes qu’elles se déplacent. Au printemps, observez les névés (langues de neige) et cherchez des tâches sur la neige. Si l’entrée d’un terrier est là, vous n’aurez aucun mal à en voir.

Les marmottes sont facilement reconnaissables à leur cri. A la moindre alerte elles préviennent leurs camarades avec un bref cri très aigu qui résonne dans la montagne. Si vous entendez ce cri, tentez de chercher d’où il vient 😉

 

  • Voir des isards

Les isards sont plus difficiles à dénicher mais avec un peu d’attention vous aurez certainement la chance d’en voir. Tout d’abord, balayez les versants herbeux à la recherche d’une tâche de couleur marron / roux. La moindre tâche qui contraste avec l’herbe ou les cailloux doit retenir votre attention. Scrutez là attentivement pour voir si elle bouge. La plupart du temps, ça ne sera qu’une souche, un caillou ou un buisson mais cela aiguisera votre œil. Cherchez dans les pentes assez éloignées du chemin ou du refuge, mettez vous à la place d’un isard et demandez vous dans quel endroit vous seriez bien pour passer la journée avec de l’herbe pour vous nourrir et des éboulis pour faire une bonne sieste au calme loin du dérangement par les randonneurs 🙂 . Parcourez également les crêtes à la recherche de sa silhouette si caractéristique car malgré ses sabots, l’isard affectionne les endroits escarpés d’où il a une vue dégagée sur les environs.

 

Pas facile de voir les isards
Vous les voyez ?


Un comportement respectueux

Bien évidemment, il est inutile de rajouter que ces animaux sont dans leur environnement alors mieux vaut veiller à ne pas les déranger. Parfois il peut arriver “tomber dessus” au détour d’une lisière ou d’un ressaut mais il ne sert à rien de vouloir les approcher de près. De toute façon, les isards vous auront repéré bien avant vous et seront prêts à détaler droit dans la pente pour vous garder à distance.

Dans certains endroits, les marmottes sont particulièrement habituées à la présence humaine et il arrive qu’elles viennent réclamer de la nourriture. Aussi mignon soit-il, ne les nourrissez surtout pas ! Au delà du fait que se faire mordre par un rongeur de 8kg peut être “douloureux” (!!), cela modifie leur régime alimentaire et peut considérablement altérer leurs réserves énergétiques pour la période d’hibernation.
Marmotte

Enfin, si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté, profitez de la fraîcheur matinale et faites le moins de bruit possible en parlant à voix basse. Gardez en tête qu’ avec l’écho, le son de la voix se propage bien plus loin que l’on imagine.


Où peut-on les voir ?

Faire l’inventaire de tous ces endroits dans les Pyrénées serait beaucoup trop long mais certaines vallées de la Bigorre et du Béarn sont particulièrement propices à leur observation :

  • cirque de Troumouse (65),
  • vallée d’ Ossoue (65),
  • vallon de Suyen (65)
  • réserve naturelle du Néouvielle (65)

  • vallée de Lutour (65),
  • vallée du Soussouéou (64) ,
  • secteur du pic du Midi d’Ossau : Chérue, Saoubiste…(64)
  • etc…

Plus vous sortirez des sentiers battus et plus vous aurez de chances d’en observer facilement 😉

TEST : Guide pratique de la faune et la flore des Pyrénées

Alors vous êtes prêts ? Et vous quelles sont vos techniques pour voir des animaux en montagne ?

Une bonne paire de jumelles vous facilitera la tâche

 

Pour en savoir plus sur la faune des Pyrénées : http://www.pyrenees-parcnational.fr/fr

Vous avez déjà vu une Hermine ? En voici un exemple ici 😉

1 commentaire sur “Isards, Marmottes… comment les observer dans les Pyrénées ?Ajoutez le votre →

Laisser un commentaire